• 60462 visits
  • 260 articles
  • 938 hearts
  • 3120 comments

Bienvenue sur Oneshot-hp 12/11/2007


Fans de Harry Potter et de cet univers fantastique, bienvenus sur ce blog. Ici vous pourrez découvrir des histoires sur Harry Potter, des histoires d'amour, d'amitié, des histoires sur des couples classiques et moins classiques,...
Je vous souhaite de bonnes lectures, surtout n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire sur un article que vous avez aimé.

Quelques liens :
Ma fiction sur tonks et Lupin, terminée ici
Ma fiction sur Ron et Hermione, terminée ici
Mon blog perso ici

One Shot Ron/Hermione 12/11/2007


Un soir sur la tour d'astronomie

He
rmione marchait dans les couloirs de l'école, elle était en train de faire un tour de garde, son rôle de préfète l'y obligeait. Elle avait beaucoup changé durant les vacances, elle avait prit quelques centimètres ses cheveux était devenu plus soyeux et des formes apparaissaient sur sa silhouette filiforme. Elle pensait à ce qui c'était passé dans la journée et la colère qu'elle avait éprouvée envers Ron lui revint en mémoire. Elle sera les points en repensant à ce qu'elle avait fait. Comment avait-elle pu le gifler de la sorte, bon il l'avait poussé à bout mais ce n'était pas une raison. Elle l'avait regardé droit dans les yeux, ses yeux qui la rendait complètement folle et qui la désarmais et elle avait abattu sa main sur la joue de Ron. Elle se dirigea aux grés de son humeur dans les couloirs de l'école. Finalement ses pas la conduire vers la tour d'astronomie.

0
°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0

Pendant
sur le toit de cette même tour, Ron Weasley pensait à Hermione. Il frotta sa joue en repensant au geste qu'elle y avait posé. Cette fois il en était sur, il avait été trop loin. Il n'avait plus aucune chance de conquérir la belle brune.
« C'es
t vrai qu'elle est devenue magnifique. Mon pauvre Ron tu es vraiment un idiot et maintenant tout est perdu ».
Un léger co
urant d'air ébouriffa ses cheveux et il frissonna, il s'assit les jambes dans le vide et regarda la voute céleste. La lune est magnifique. Pensa-t-il. Il eu également une pensée pour son ancien professeur de défence contre les forces du mal. Celui-ci devait souffrir dans la cave du square Grimaurd. Il entendit des pas dans l'escalier en pierre de la tour d'astronomie.
« Je
suis préfet si c'est un professeur, je n'aurais qu'à lui dire que je faisais une pause dans ma garde ».

0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0

« B
on Hermione ma petite te voila à la tour d'astronomie prépare toi au pire ». La tour était un rendez-vous appréciez des couples de l'école et bien souvent elle en avait surpris en fâcheuse posture. Elle posa sa main sur la rampe et commença à monter les marches.

0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0

«
Espérons que ça ne soit pas la préfète de mon c½ur je vais passer un salle quart d'heure ».

0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0

He
rmione arriva au sommet de la tour et qu'elle ne fut pas sa surprise quand elle reconnu Ron assis les jambes dans le vide. S'il y avait bien une personne qu'elle n'avait pas envie de voir c'était lui. Après ce qu'elle lui avait dit. « Je te déteste Ronald Weasley, mais quelle idiote pourquoi je lui ai dit ça. Ca va pas bien dans ma tête ».

-Ro
n !

Il retint sa respiration quand il entendit la voie de la personne qui venait de lui parler. « Pauvre de moi, qu'est ce que je vais faire ». Il se retourna et la regarda.

-Herm
ione, je sais que je ne devrais pas être là. Je... je vais terminer mon tour de garde.
Il s
e leva et les quelques mètres qui les séparait s'évanouirent.

-Je
faisais juste une pause dans ma garde.

Il
passa à coté d'elle et avait déjà posé sa main sur la rampe de l'escalier quand il sentit qu'elle le retenait par le poignet.

-Ron
? Pardonne-moi, je suis désolée de t'avoir giflée.

« Mais o
ui il va te pardonner jusqu'à ce que tu lui donne une nouvelle raison de te détester ».

Ron vin
t se placer devant Hermione et la regarda dans les yeux. Elle sentait des papillons dans son ventre il était si proche d'elle, et sesvres mon dieu comme elle avait envie de l'embrasser en ce moment. Comme s'il avait lut dans les pensées d'Hermione il posa ses lèvres sur les siennes. Prise au dépourvu elle ne répondit pas à ce baiser chaste.

-H
ermione, je... excuse-moi je n'aurais pas du.

0
°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0

I
l se précipita dans les escaliers et les descendit à toute vitesse. Hermione était sur la tour interloquée de ce qu'il venait de se passer. Après ce qu'elle lui avait dit, Ron l'avait embrassé, malgré le fait qu'elle lui avait dit qu'elle le détestait. « Bon sang Hermione mais qu'est ce qu'il t'arrive ». Elle secoua la tête de gauche à droite comme pour chasser ses pensées descendit les escaliers à toute vitesse et marcha à grande enjambée dans les couloirs. Elle croisa le professeur Mc Gonagall qui faisait également une ronde dans lcole, et échangea quelques mots avec elle. Elle marchait aux grés de son humeur, elle ne voulait pas rentrer à la tour de Griffondor, elle savait que Ron y serait et elle avait peur de se retrouver en face de lui. Finalement après avoir marché un quart d'heure dans les couloirs sombres de l'école elle décida de rentrer à la tour.

0°0°0°0°0°0°0°0°0
°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0

Il é
tait assis dans un des fauteuils de la salle commune des Griffondors. La tête dans les mains, essuyant les traces de larmes sur ses joues. Il l'avait embrassé, pour ensuite fuir et la laisser au sommet de cette tour avec tout son désarroi et sa colère. Oui, elle était certainement en colère de ce geste qu'il avait eut envers elle. Pourquoi aujourd'hui, pourquoi avait-il fait ça aujourd'hui après la dispute qu'ils avaient eues. Il avait eu beaucoup d'occasion mais il avait fallu que ce soit aujourd'hui.

-Abruti
-Pardon ?
-D
ésolé j'ai pensé tout haut. Qu'est ce que tu fais là Harry ?
-J'ai oublié
mon livre d'histoire de la magie

Il prit le l
ivre et retourna dans le dortoir. Il avait remarqué que Ron avait pleuré mais il ne voulait pas mettre son ami mal à l'aise et n'avait évidemment rien dit. Ron l'avait regardé monter et lui était reconnaissant de n'avoir fait aucune remarque.

0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°
0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0

Hermion
e entra dans la salle commune au moment où Harry en ressortait. Elle vit Ron assis dans le fauteuil et vint se mettre derrière. Elle inspira profondément avant de lui parler.

-Ron. Fit-elle ti
midement.

Il ne se reto
urna pas.

-Ron s'il-te
plait regarde moi. Ecoute-moi !

Il craignait He
rmione et sa colère. Non il ne se retournerait pas il avait trop peur de sa réaction. Voyant qu'il ne réagissait pas elle contourna le fauteuil. Elle le regardait droit dans les yeux et ce qu'elle vit la chamboula au plus profond de son âme, il avait pleuré. Pleuré pour elle, elle l'avait blessé en lui disant qu'elle le détestait et maintenant tout était gâché.

-Ecoute H
ermione... je suis désolé, je ne voulais pas te mettre en colère... mais tu étais la devant moi ... et ... je n'ai pas pu résister. Je comprendrais si tu m'en voulais et euh... je ne t'en voudrais pas si tu m'ignorais à l'avenir. Laisse-moi je t'en prie.

«
Il a peur de moi, de ma colère. Mais je ne suis pas en colère. J'ai adoré quand il m'a embrassé. Ooooh Ron comme je t'aime. » Elle écouta ce que lui dictait son c½ur et se pencha sur Ron pour se saisir de ses lèvres qu'elle aimait tant.

« H
é Ron réagit mon vieux, c'est Hermione ! Mon Hermione ! »

Il
se leva se qui déstabilisa Hermione. Il posa alors ses mains sur les hanches de la jeune fille et l'embrassa à nouveaux. Hermione avait des étoiles dans les yeux et des papillons dans l'estomac. Ils s'embrassèrent passionnément. Après ce baiser fougueux, ils posèrent leurs fronts l'un contre l'autres. Ils s'étaient quelque peu essoufflés.

-Je t'aim
e Ron, je suis désolé de t'avoir dit le contraire ce matin, je ne sais pas ce qu'il m'a prit. Je .... Je t'aime Ronald Weasley.
-Moi
aussi je t'aime Hermione, de tout mon c½ur.

C'e
st sur ses belles paroles que Ron et Hermione déboutèrent leur vie ensemble. Vie qui ne fut pas facile dans un premier temps. La guerre contre Voldemort faisant rage dans le royaume des sorciers.

One Shot Harry/Ginny 13/11/2007

La neige craquait sous les pas de Ginny dans la coure du terrier, les vacances de noël étaient arrivées et pour une fois ils avaient tous décidé de se rendre chez les weasley. 3 jours plus tôt, Ron, Ginny, Harry et Hermione avaient donc prit le train pour King cross où ils avaient retrouvés Arthur Weasley qui les attendait avec un grand sourire. Ginny c'était assise sur une souche d'arbre et regardait les gnomes qui gambadaient un peu plus loin dans le jardin. La neige avait recommencé à tomber en gros flocon et elle frissonna sous son manteau d'hiver. Elle entendit des pas dans la neige et se retourna pour voir Hermione qui s'approchait d'elle avec un grand sourire aux lèvres.

-Coucou M
ione
-Salut Gi
nny
-Dit moi t
u m'as l'air vraiment très heureuse toi
-O
ui je vais bien. Merci Ginny
-Qu'est ce qu
i ce passe ?
-R
ien de spécial.
-Toi tu me c
aches quelque chose
-Mais non
pourquoi tu penses ça ?
-He
rmione, est ce que mon frère est pour quelque chose dans ton bonheur ?

Hermione avai
t rougis et était quelque peu gênée.

-Tu s
ais Mione je ne t'en voudrais pas d'être heureuse avec mon frère sous prétexte que j'ai rompus avec Harry en juin dernier.
-Je s
ais
-Alors ra
conte. Qu'est ce qu'il ta fait ?
-Ont c'est
embrassé
-Oh
ma chérie, je suis vraiment heureuse pour toi
-Merci Gin


-Tu as vu ce
que les gnomes font
-Oui il
s sont vraiment comiques

Gi
nny eu à peine le temps de finir sa phrase qu'elle reçut une boule de neige dans le dos. Elle se retourna et vit Ron qui riait à coté d'Harry.

-Tu vas me pa
yer ça Weasley

Elle fit une
boule de neige et la lança sur son frère. Bien vite Harry et Hermione se joignirent au jeu et la bataille se transforma vite en un combat fille/garçon. Tous riaient de bon c½ur, un peu d'insouciance leur faisait du bien dans ce monde où la guerre contre Voldemort battait son plein. Après une petite heure de bataille et de fou rire à n'en plus finirent, ils rentrèrent transis de froid dans la cuisine du terrier.

-Vos pieds,
essuyiez vos pieds les enfants.

Ils s'exéc
utèrent à l'ordre de madame Weasley et rejoignirent les jumeaux dans le salon. Ron et Hermione heureux de s'être enfin déclaré l'un à l'autre n'osait montrer leur bonheur devant Harry et Ginny bien que leur rupture datait déjà de quelques mois.

-Une parti
e d'échec Mione
-Oui pourquoi
pas

Ron et H
ermione s'installèrent confortablement dans deux canapés du salon pour entamer leur partie. Ginny monta dans sa chambre et Harry la regarda partir une pointe de nostalgie dans les yeux se disant que quelques mois plus tôt il l'aurait suivi. Après un quart à regarder Ron et Hermione se lancer des regards amoureux il décida de monter dans la chambre qu'il occupait avec Ron. Il monta les escaliers en silence pensant aux bons moments qu'il avait passé avec Ginny, il l'aimait et ne pouvait vivre sans elle, mais il ne voulait pas non plus lui faire courir un trop grand risque. Il allait pousser la porte de la chambre quand il entendit un bruit qui lui déchira le c½ur. Il s'approchait de la porte d'en face et entendit plus nettement Ginny pleuré. Il entrouvrit la porte sans bruit et vit qu'elle était couchée à plat ventre dans son lit la tête enfuie dans l'oreiller, il remarqua également un cadre photo brisé sur le plancher. Sur cette même photo était représenter un couple Ginny et lui dans le parc de Poudlard au printemps dernier. Il avança dans la chambre une latte du plancher grinça et Ginny se releva.

-
Ha... Harry qu'est ce que tu fais ici?

Il
s'approcha du lit ramassa le cadre en prenant soin de ne pas se couper avec le morceau de verre brisé et le posa sur la table de nuit. Il s'assit ensuite sur le lit, regardant Ginny de ses yeux émeraude.

« Prend la
dans tes bras triple buse, tu ne vois pas qu'elle pleure »
« Non, je ne
peux pas où elle va s'imaginer des choses, s'imaginer que tout peut recommencer mais c'est trop dangereux »
« Trop
dangereux, et tu crois que sans toi c'est moins dangereux »
« Oui »
« N
on »

-Si
-Qu'
est ce que tu dis ?
-Rien, ri
en j'ai pensé à vois haute.

Ginny continuait à pleuré et Harry ne savait que faire, ce qu'il voyait lui faisait extrêmement mal.

Ecoutant sa
conscience et son c½ur il la prit dans ses bras et commença à lui caresser les cheveux pour l'apaiser.

-Calme-toi
Ginny ne pleur plus. Je sais que tu es triste, mais la situation est compliquée.

Qua
nd elle se fut un peu calmée elle se recula et regarda Harry dans les yeux, elle avait incroyablement envie de l'embrasser même si c'était la dernière fois. Harry quant à lui regardait aussi Ginny dans les yeux et éprouvait la même envie qu'elle, mais il ne pouvait pas. Il se leva et alla à reculons vers la porte, ensuite il sortit et la referma. Ginny éclata à nouveau en sanglot et il entendit quelque chose se fracasser contre la porte. Il s'en voulait terriblement de la faire souffrir. Les deux jours qui suivirent furent tendus entre Harry et Ginny il ne s'adressait plus la parole et Hermione courait de l'un à l'autre pour leur parler. Ron était prit entre deux feux, sa s½ur ou son meilleur ami. Il ne savait plus que penser. La veille de noël, Harry et Ron était couché sur leur lit fixant le plafond.

-T
u l'aimes Harry ?
-Oui, bien
sur. Mais j'ai peur qu'il lui fasse du mal.
-Tu sais avec
la guerre qui fait rage, si elle prend part au combat elle cour autant de risque en étant ou pas avec toi.
-...
-B
on sang mon vieux profite de ton bonheur, je sais qu'il y a la guerre et que les temps son dur mais elle s'arrêtera un jour.
-...
-Harry ! Tu m'écoute !?
-Oui
, oui j'écoute. Mais je ne sais plus quoi faire.
-Fait co
mme moi, écoute ton c½ur.

Ha
rry soupira. « Ecouter mon c½ur, facile à dire ! »

Ce jo
ur la il neigea toute la journée et il était impossible de sortir se promener dans le jardin. Ils restèrent donc tous les quatre dans le salon du terrier. Harry lisait la gazette du sorcier, Ginny caressait Pattenrond couché sur ses genoux et Ron et Hermione jouaient aux échecs. Tous étaient très attentifs à leur activité respective quand Hermione poussa un cri de joie.

-J'ai gagné, ce n'est pas possible, c'est la première fois que je gagne contre toi.
-B
ien joué Mione

Elle so
urit largement à Ron et le remercia. Harry avait levé les yeux de sa gazette et Ginny regardait Hermione d'un air amusé. Il l'avait laissé gagner elle avait suivi la partie et avait remarqué ce que Ron avait fait par contre Mione n'avait rien vu.

-M
ione, tu viens on va faire un tour. Dit Ron en lui prenant la main
-D'a
ccord

Un sile
nce pesant c'était imposé dans le salon Harry et Ginny n'osait rien faire, rien dire et encore moins se regarder. Soudain Ginny se leva faisant tomber Pattenrond de ses genoux par la même occasion. Heureusement qu'Hermione n'était pas là. Elle fixa Harry qui sentait son regard pesant sur lui. Il se mordit l'intérieur de la joue pour s'empêché de la regarder, mais il ne pu résister et ses yeux émeraudes croisèrent ceux de Ginny.

-Harry, il faut qu'on parle. Elle le regardait d'un regard suppliant.

Il posa alor
s sa gazette.

Ginny marchai
t de long en large dans le salon.

« Calme
toi, inspire, expire »

-Harr
y

Elle se ret
ourna.

-Je sai
s que tu as de très bons arguments

Sa voie
sonnait faux, elle ne semblait vraiment pas convaincue que ce qu'Harry lui disait était valable.

-
Mais...
-Mais
?
-Mais je t'aime et je refuse de vivre encore plus longtemps dans ce tunnel dont je ne vois pas le bout.

Harry ne
voulait qu'une chose en cet instant prendre Ginny dans ses bras, la serrer contre son c½ur.

« Aller mon gars, ap
rès tout qu'est ce que tu risques à part être heureux. »

-Je sais que c'est la guerr
e, je sais que tu lutes conte Voldemort. Mais c'est trop dur, je ne supporte plus l'idée de te voir chaque jours sans pouvoir te toucher, t'embrasser. Harry comprend-moi je t'en prie, je t'aime Harry.

« Quelle se taise, quelle
se taise ou je vais oublier mes bonnes résolutions »

-Ha
rry dit quelque chose je t'en prie.
-...
-Très bien alors
écoute-moi bien ! Dit moi que tu ne m'aimes plus, dit moi que tu ne ressens plus rien pour moi et je te laisserais, je ne t'ennuierais plus avec ça !

« Elle ne peut pas
me demander ça, elle sait que je l'aime ».

Harry se lev
a, elle se figea face à ce mouvement inattendu. Il se tenait la devant elle les bras ballant. Elle sentait ses yeux se remplirent de larmes, mais elle retint son sanglot. Elle ne voulait pas, elle ne voulait plus pleurer pour lui. Elle le contourna et s'apprêta à sortir du salon quand il la retint par le bras. Elle le regarda avec un regard suppliant, elle voulait qu'il réagisse pourquoi l'avait-il empêché de partir si c'était pour rester la à la regarder avec un regard de merlan frit.

-Ginny je...

Il ne
savait pas quoi lui dire et pour une fois écouta son c½ur. Il attira la jeune fille contre lui et s'empara de ses lèvres. Elle soupira de bonheur après ce baiser fougueux.

-Ginny, je t'aime pardonn
e moi de t'avoir fait souffrir pendant ses longs mois
-Je
t'aime aussi Harry

Et elle
embrassa à son tour Harry. Derrière la porte du salon Ron et Hermione souriait de ce qu'ils venaient d'entendre et s'embrassèrent à leur tour.

One shot sur la fille d'harry et Ginny 17/11/2007

Un souvenir intéressant


Une jeune fille de 17 ans aux longs cheveux roux et aux yeux émeraude venait de sortir de sa chambre. Cette jeune fille n'était autre que Lilly Potter, la fille d'Harry et Ginny. Elle descendait les escaliers tout doucement pour ne pas faire grincer les marches. Elle entendait son père et son frère James rirent aux éclats dans le salon. Arrivée en bas elle se dirigea vers le bureau de son père, elle entra et alla ouvrir une armoire. Depuis trois jours elle avait une envie folle de se plonger dans la pensine de son père, elle l'avait vu y déposer un souvenir qu'elle mourrait d'envie de voir. Elle prit le bac et le posa contre le bureau. Elle plongea alors la tête dans la pensine et observa un souvenir vieux de 17 ans.


-Harry
-Oui Gin
-D
épêche-toi, on va être en retard à la fête chez mes parents.
-
J'arrive ma puce.

Ha
rry descendit les escaliers en courant. Arrivé en bas il prit Ginny par la taille et l'embrassa.

-
Alors on y va
-O
n y va

Il
s sortirent dans le jardin et transplanèrent.

-M
aman, papa, ont est là.
-Ginny, Harry vous êtes en retard.
-Ce n'est pas de ma faute, Harry à mit un temps fou dans la salle de bain, il est pire qu'une femme.
-je te remercie

Elle lui fit un clin d'½il et alla dira bonjour à sa mère. Ron et Hermione était déjà là, ainsi que Bill et Fleur et toute la famille Weasley.

-Et bien mon vieux je commençais à avoir faim moi, je me demandais quand tu allais arriver.
-Ron ça t'arrive de penser à autre chose qu'a la nourriture.
-Bien sur, quand elle n'est pas avec moi je pense à Hermione.
-Evidemment

Harry et Ginny s'assirent dans le salon avec le reste de la famille. Andromeda et le petit Teddy était également présent. Après tout cette fête commémorait la chute du plus grand mage noir de tous les temps. C'était également une occasion deter toutes les personnes disparues qui avaient contribué à la victoire du bien deux ans plus tôt. Après 30 minutes et sous l'insistance de Ron le repas fut servit dans le jardin. Tous parlaient et plaisantais sur des sujets divers. Après le repas, les femmes airent Molly à débarrasser la table. Quand Ginny revint elle attendit que tout le monde se fut rassit et se releva. Harry la regardait d'un regard tillant.

-
S'il vous plait tous.
-Alors petite ur qu'est ce que tu as à nous dire.
-E
t bien je suis très heureuse de vous annoncez qu'Harry et moi allons prochainement être parent, je suis enceinte d'un mois et demi.

Molly se mit à pleurer à cette nouvelle et tous les autres membres de la famille applaudirent leur couple. La réaction la plus étrange fut celle de Ron et Hermione, ils avaient éclatés de rire à cette nouvelle. Quand le calme revint Hermione se leva.

-J
e tiens tout d'abord à féliciter Harry et Ginny et euh Harry, quand tu réserveras la chambre à l'hôpital pour Ginny, tu demanderas une chambre double comme sera on sera toutes les deux.
-
Hermione tu es également enceinte !
-
Oui

Ginny se leva et prit Hermione dans ses bras. Les applaudissements redoublèrent et les pleures de Molly également. Tous licitèrent les futurs parents.

-
Ginny, Hermione mes petites puces

M
olly les prit dans ses bras et pleura à chaude larme.

-
Bon et si on fêtait ça

Arthur couru dans la cuisine et revint avec deux bouteilles de champagne.

-
Je les gardais pour une bonne occasion et bien je crois que c'est le moment de les boires.



-LILLY POTTER.
-Oh
maman je...
-
Que fais-tu ?
-Je voulais voir un souvenir
-A
h oui et lequel dit moi
-Ben vous me l'avez raconté plusieurs fois avec papa, mais j'avais envie de le voir.
-O
ui
-C'est le souvenir tante Hermione et toi vous avez annoncez à toute la famille que vous étiez enceinte.
-
Tu aurais pu me le demander ma chérie, pourquoi es-tu venue en cachette
-Je suissolée, la prochaine fois je demanderais.
-
Aller ce n'est pas grave vient.

Gi
nny prit sa fille par les épaules et elles rejoignirent Harry et James dans le salon.

-Ca
va les filles ?
-Oui pa'

J
ames jouait avec un mini jeu de quidditch et Lilly demanda à son père pour faire une partie d'échec, il accepta mais savais qu'il allait se faire battre ctait son oncle Ron qui lui avait apprit à jouer et jamais Harry n'étais parvenu à le battre. Ginny embrassa sa fille sur le front et retourna dans sa cuisine.

-C'
était vraiment un beau souvenir, pour James ça c'est pascomment l'annonce
-Alors ça c'est une autre histoire ma puce.

Et
elle s'en retourna dans la cuisine.

One shot Hermione/Sirius 18/11/2007



Note : attention, dans ma fiction Sirius n'est pas mort !!!

Cela faisait cinq ans que la guerre contre le mage noir était terminée. Harry l'avait terrassé lors d'une bataille phénoménale dans le parc de Poudlard. Beaucoup de sorcier était décédé lors de cette bataille, parmi eux Ron, le meilleur ami d'Harry et fiancé d'Hermione. Depuis cinq ans elle n'était plus que l'ombre d'elle-même, bien qu'elle semblait avoir retrouvé un peu de joie de vivre ses dernier mois. En effet depuis 8 mois elle avait emménagé avec Sirius, non pas au square Grimaurd mais dans un charmant cottage qu'il avait acheté avec l'argent reçu du ministère en dédommagement de ses années d'emprisonnement et également pour service rendu au monde des sorciers lors de la guerre. Il avait proposé à Hermione de s'installer avec lui, ils étaient seuls tous les deux et son cottage assez grand pour accueillir un nouvel habitant. En cette belle matinée de juillet, Hermione était installée dans la véranda de la maison penchée devant des livres et des parchemins. Sirius la voyait travaillant comme une acharnée sur son projet de loi, le droit des créatures magiques l'avaient toujours intéressée au plus haut point.

-Hermione
-Oui Sirius
-Veux-tu quelque chose à boire.
-Oui merci beaucoup

Elle prit le verre qu'il lui tendait, sa main frôla celle de Sirius et ce bref contact la troubla un instant. D'ailleurs, depuis quelque temps la présence de Sirius la troublait. « Ce pourrait-il que... non depuis quand je pense comme cela ». Elle se repencha sur ses parchemins et sentit la table bouger légèrement, Sirius venait de s'appuyez contre celle-ci.

-Tu devrais te reposer un petit peu, tu as vraiment l'air fatiguée Mione.
-Je me reposerais quand j'aurais finie cette loi !
-Désolé, mais c'est le moment. Je t'emmène en ballade.

Sirius la prit par la main et la finit se lever.

-Aller en avant Miss Granger on va aller pique-niquer
-Pique-niquer ! Mais quelle heure est-il ?
-Midi quinze. Tu viens
-Bon très bien.

Elle rangea ses papiers et suivi Sirius, elle le regardait.

« Il est encore pas mal malgré les années passées à Azkaban ». Elle fut surprise de ses pensées et se demanda depuis combien de temps elle pensait de telle chose sur Sirius.

-Mais enfin, où m'emmènes-tu ?
-Au lac

« Au lac, j'espère qu'il ne va pas vouloir se baigner je n'ai pas prit de maillot ».
Après 10 minutes de marches, ils arrivèrent au lac qui n'était pas très loin de leur maison. Sirius s'assit en dessous d'un arbre et regarda Hermione qui se dirigeait vers le ponton.
« Qu'est ce qu'elle est belle. Mon pauvre Sirius comment as-tu pu te fiche dans cette galère. Tu es beaucoup trop vieux pour elle. Pourquoi penses-tu qu'elle pourra un jour t'aimer. Mon pauvre Pat tu ferais mieux de te calmer ».

Hermione se retourna vers lui et le regarda intensément.

« Ma pauvre Hermione, tu as enfin surmonté la mort de Ron et tu es tombée amoureuse d'un homme beaucoup trop vieux pour toi qui ne s'intéressera jamais à toi. Mais comment est ce arrivé ? »

Elle retourna près de Sirius et entreprit de déballer les provisions qu'il avait préparées avant de l'emmener.

-Finalement je suis très contente que tu m'ais fait sortir de force de la maison. Il était temps que je prenne une pause.
-Tu travaille trop, je le savais déjà mais alors à ce point la je n'y aurais jamais pensé.
-J'ai toujours aimé travailler.

Ils mangèrent et discutèrent de choses et d'autre. Hermione se rendit compte que depuis longtemps elle n'avait pas pensé à Ron et se laissait même aller à des gestes de tendresse envers un autre homme. Bien sur elle dissimulait les gestes quelle faisait en geste témoignant d'une profonde amitié envers le maraudeur. Elle s'installa contre le tronc de l'arbre et regardait l'eau du lac, elle avait une envie folle de se baigner. Elle se tourna vers Sirius et lui sourit.

« Mon dieu, pourquoi me sourit-elle comme ça, qu'elle arrête ou je ne vais pas résister à ses lèvres. »

« Arrête de le fixer comme ça ou il va te prendre pour une folle ».

-Dit moi Hermione
-Quoi ?
-Tu ne serais pas un peu amoureuse toi ? J'ai remarqué que depuis quelques mois tu sembles avoir retrouvé une certaine joie de vivre.

Sirius s'en voulut presque instantanément d'avoir posé cette question, il redoutait maintenant la réponse de la belle brune. Celle-ci avait quelque peu rougit à la question.

-C'est-à-dire que... et bien... oui c'est vrai j'aime quelqu'un.

« Et voila mon vieux tu viens de te prendre une belle gifle. Tu aurais pu résister mais non tu lui as demandé. » Sirius avait sentit son c½ur exploser en mille morceau. La seule personne qu'il avait jamais aimé d'un amour véritable aimait un autre homme, surement bien plus jeune et bien plus beau, et cette homme en question avait même réussit à lui faire oublier Ron.

Il avala difficilement sa salive. Et repris la conversation comme si de rien n'était.

-C'est vrai, c'est génial si quelqu'un à droit au bonheur c'est bien toi.

« Bon ben au moins ça c'est fait, il n'est même pas troublé par ma réponse, c'est bien la preuve qu'il ne ressent rien pour moi ! ».

-Je vais aller me baigner
-Toute habillée
-je me mettrais en sous-vêtement ce n'est pas grave.

« En sous-vêtement, elle veut me rendre fous ma parole »

-tu viens avec moi ?

« Non »

-Oui bien sur

« Mais pourquoi j'ai dit oui, comment je vais faire pour résister »

Ils se dirigèrent tout deux vers le lac, Hermione se demandait bien pourquoi elle avait demandé à Sirius de se baigner avec elle. Elle n'avait aucune envie de voir une fois de plus ce corps qui la faisait rêver depuis quelques mois.

Il enleva ses vêtements restant en boxer, et plongea la tête la première dans le lac. Hermione fit de même et entra en petite culotte et soutient gorge dans l'eau chaude du lac. Tandis qu'ils se baignaient elle lui posa la question qui lui brulait les lèvres.

-Sirius, est-ce que tu as une femme dans ta vie
-Oui, je suis amoureux. Si c'était le propos de ta question.

Oui c'était bien ça et elle avait redouté la réponse. Il aimait une femme, et elle était intimement convaincue que ce n'était pas elle. Elle sortit de l'eau et s'assit sur le ponton regardant Sirius nager. Elle sentit une larme chaude lui bruler la joue. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas pleuré pour un homme.

Sirius se retourna et vers et vit qu'elle s'essuyait les yeux.

« Mais, pourquoi pleure telle, qu'est ce qu'il lui arrive ? »

-Hermione, qu'est ce que tu as ?
-Rien, rien ça va
-Hermione allons dit moi ce qui t'arrive. C'est à cause de moi ?

« Je ne vais quand même pas lui dire »

-Hermione s'il te plait parle moi enfin
-Non ce n'est rien rentrons

Elle se leva précipitamment se rhabilla et remit leur affaire de pique-nique dans le panier. Sur le chemine du retour Sirius eu peine à la suivre elle courut presque tout du long. Arrivée au cottage elle alla s'enfermer dans sa chambre pour travailler. Sirius alla s'asseoir dans le salon, il essayait de comprendre ce qu'il c'était passé.

A 22h et bien qu'Hermione ne fut pas redescendue, il alla se coucher.



Hermione était descendue dans le salon et c'était assise sur l'appui de fenêtre. Elle regardait les étoiles en apercevant la constellation du chien et l'étoile Sirius elle eu un pincement au c½ur. Elle regarda la pendule, il était 2h du matin. Elle sentait l'air frais lui balayer le visage, elle aimait cette sensation. Sirius quand à lui venait de sortir de sa chambre, il n'arrivait pas à dormir Hermione occupait sans cesse des pensées, il allait aller prendre l'air dans le jardin. Il vit de la lumière dans le salon et entra. Hermione c'était levée et fixait les étoiles.

-Tu ne dors pas ?
-Je pourrais te retourner cette question Sirius
-Je n'arrivais pas à dormir
-Moi non plus

Sirius vint s'asseoir sur le rebord de la fenêtre juste en face d'Hermione. Celle-ci était mal à l'aise de la proximité de leur deux corps.

-Pourquoi pleurais-tu ce matin ?
-Je n'ai nul envie de t'en parler désolée

Elle se leva et marcha si vite vers la sortie que Sirius n'eu même pas le temps de la rattraper.

« Mais bon sang qu'est ce qu'elle a depuis ce matin, pourquoi elle refuse de me parler ? »

Il soupira, se releva et alla prendre l'air dans le jardin.


Le lendemain matin, Sirius n'avait presque pas dormit il avait préparé le petit déjeuner et était bien décidé à faire parler Hermione. Quand elle se leva elle ne dit presque rien et mangea avec appétit ce que Sirius avait préparé. Elle ressortit ensuite de la pièce et alla s'enfermer dans son bureau pour travailler. Elle fit le même cinéma au repas de midi et allait refaire la même chose au soir mais c'était sans compter sur Sirius qui l'empêcha de sortir.

-Laisse-moi passer Sirius
-Non Hermione, certainement pas !
-Sirius
-Non Hermione je ne sais pas ce qui t'arrive mais depuis hier tu es bizarre, alors tu vas venir avec moi et nous allons discuter.

Il l'emmena dans le salon où elle s'assit dans un fauteuil.

-Alors ?
-Quoi ?
-Qu'est ce que tu as depuis deux jours ?
-Rien du tout
-Hermione hie tu t'es mis à pleurer pour je ne sais qu'elle raison
-Ce n'est rien. Dit moi Sirius, je la connais ?
-Qui dont ?
-La femme que tu aimes.

« Pourquoi elle me pose cette question »

« Qu'est ce qui te prends de lui poser cette question, tu veux retourner le couteau dans la plaie ? Tu vas faire quoi s'il dit oui ? »

-Oui tu la connais
-Oh
-Et moi je le connais ton prince charmant ?
-Oui
-Et pourquoi tu ne me la jamais présenter ?

« Parce que c'est toi idiot »

-Pardon ?

« Mon dieu j'ai pensé à haute voix »

-Non rien
-Hermione
-Rien

Elle se leva et voulu sortir du salon mais Sirius la retint par le poignet. Il la retourna contre lui et se saisit de ses lèvres.

« Mon dieu mais, je rêve voila qu'il m'embrasse maintenant »

Il se pencha à l'oreille d'Hermione et lui dit mot pour mot ce qu'elle lui avait dit juste avant, elle devint rouge de confusion.

-Qu'est ce qu'il te prend Sirius je croyais que tu avais une femme dans ta vie
-Hermione je t'aime, c'est toi la femme de ma vie

Elle faillit s'évanouir de cette révélation, ses yeux se mirent à briller comme il n'avait plus brillés depuis longtemps. Elle sentait son c½ur battre la chamade et n'avait qu'une envie embrasser Sirius. Elle se mit sur la pointe des pieds et l'embrassa. Il passa ses mains dans les cheveux d'Hermione et l'embrassa à nouveaux. Il la prit dans ses bras et l'emmena dans la chambre, qu'il ouvrit d'un coup de pied.

-Hermione tu me rends fou

Il la prit dans ses bras et enfui son visage dans les cheveux d'Hermione, elle caressait le torse de Sirius. Il lui releva le menton et se perdit dans les yeux d'Hermione. Chacun comprenait ce que l'autre voulait par ce simple regard. Il se mit à caresser le corps d'Hermione, voulant posséder la moindre parcelle de sa peau. Il la déshabilla et la coucha sur le lit. Il se déshabilla à son tour et se coucha sur Hermione. Embrassant et caressant Hermione comme si sa vie en dépendant. Celle-ci gémissait sous les mains expertes de Sirius. Elle lui enleva son boxer.

-Fait moi l'amour Sirius

Face à la demande d'Hermione, Sirius perdit tout contrôle. Il entra en elle ce qui la fit frémir de plaisir. Il lui fit l'amour pendant tout le reste de l'après-midi. Après cela il roula à coté d'Hermione essoufflé, et heureux. Il tourna la tête vers Hermione et la vit en train de sourire. Il passa la main sur le visage d'Hermione et déposa un dernier baiser sur ses lèvres.

« Je t'aime Sirius »

Elle se blottit contre lui après avoir remit ses sous-vêtements.


Neuf mois plus tard à Sainte Mangouste naquit Hélène Black, Sirius et Hermione choisirent pour parrain et Marraine Harry et Ginny. Ginny qui était heureuse de voir qu'Hermione avait enfin retrouvé le bonheur depuis le décès de Ron cinq ans plus tôt.